90ème anniversaire de la mort de Blaise Diagne

Commémoration de la mort de Blaise Diagne, le premier député noir africain au parlement français
Commémoration de la mort de Blaise Diagne, le premier député noir africain au parlement français

En ce 11 mai, le Sénégal honore une figure majeure de l’histoire politique du pays : Blaise Diagne, mort il y a 90 ans jour pour jour à Cambo-les-Bains en France.

Qui est Blaise Diagne ?

Beaucoup de voyageurs ont déjà entendu son nom, et pour cause, il trône sur la façade du nouvel aéroport international de Dakar situé à Diass communément appelé AIBD. L’un des plus grands établissements scolaires publics de Dakar porte également son nom, le lycée Blaise Diagne. Il se situe boulevard Dial Diop, sur la route de l’aéroport Léopold Sédar Senghor.

Blaise Diagne fait la fierté de tout un peuple. Il est le premier député noir africain au parlement français à intégrer la chambre des députés en 1914. A compter de cette date et jusqu’à sa mort, Blaise Diagne ne cesse d’œuvrer pour favoriser la participation des africains à la vie politique française.

Il est notamment à l’origine en 1916, de la reconnaissance de la citoyenneté française aux originaires des quatre communes de Dakar, Gorée, Rufisque et Saint-Louis. 

En parallèle, il devient maire de Dakar. Puis, il accède au statut de premier ministre africain de la République française comme sous-secrétaire d’État aux Colonies de janvier 1931 à février 1932.

Blaise Diagne restera député jusqu’à sa mort à l’âge de 62 ans. Il est enterré au cimetière musulman des abattoirs appélé également Bétoire de Dakar. 

Son enfance

Blaise Diagne naît le 13 octobre 1872 à Gorée sous le nom de Galaye Mbaye Diagne. Son père Niokhor Diagne était un marin cuisinier lébou et sa mère, Gnagna Antoine Preira, une manjaque.

Dès son plus jeune âge, Galaye Mbaye semble doté d’une intelligence hors norme. Ce qui conduit Adolphe Crespin, celui que Galaye Mbaye considère comme son père adoptif à l’inscrire à l’école des frères de Ploërmel. C’est lui qui lui donnera le prénom de Blaise. 

Blaise excelle dans les études. Ce qui lui permet d’obtenir une bourse du gouvernement pour étudier à Aix-en-Provence en France. Puis, il revient dans la région de Saint-Louis du Sénégal pour poursuivre sa scolarité à l’école Duval où il devient major de promotion. Ensuite il réussit le concours de fonctionnaire des douanes où il commence sa carrière. Un poste qui lui permet de voyager au Dahomey (actuel Bénin), puis au Congo français, à l’île de la Réunion et à Madagascar.

Un passé controversé

Incontestablement connu et reconnu au Sénégal, Blaise Diagne n’en demeure pas moins un personnage controversé au Sénégal. En effet, son rôle dans le recrutement militaire d’africains pour combattre aux côtés de la France pendant la première guerre mondiale pose problème. Notamment à Dakar et à Bamako où il promet la citoyenneté française aux combattants après la guerre.

Ainsi, il enrôle 63 000 soldats en Afrique-Occidentale française (AOF) et 14 000 en Afrique-Équatoriale française (AEF). Par cet acte dont l’a chargé George Clemenceau, Blaise Diagne apparaît aux yeux de certains comme un traître. Surtout après le massacre de Thiaroye qui a fait de nombreux morts.

Blaise Diagne, un franc maçon assumé

L’appartenance assumée de Blaise Diagne à une branche de franc maçon détonne dans un pays où les confréries musulmanes dominent. 

En effet, Blaise Diagne ne s’en cache pas. Il a intégré la loge maçonnique de l’amitié du Grand Orient de France. Puis, il se revendique de la loge Pythagore dont il devient vénérable maître.

Un positionnement particulier pour ce fils de lébou.

Check Also

Un grave incendie dans les entrepôts de Patisen a détruit des milliers de CFA de marchandises

Incendie chez le géant de l’agroalimentaire Patisen

Un grave incendie dans les entrepôts de Patisen a détruit des milliers de CFA de marchandises